Marché de l’immobilier : bons plans 2020

Difficile d’espérer connaître une année plus favorable aux investissements immobiliers que 2019. Des taux d’intérêts plus attractifs que jamais et des banques relativement peu sélectives pour octroyer des prêts ont permis à près d’un million de transactions de voir le jour en France, malgré une offre largement insuffisante pour faire face à la demande. Si tout cela devrait se poursuivre en 2020, le marché immobilier connaîtra néanmoins une nouvelle hausse des prix. Les banques, quant à elles, devraient recommencer à être plus regardantes sur les conditions d’octroi. Malgré cela, de nombreux facteurs resteront encore très favorables aux investisseurs.

Des taux de crédit historiquement bas

Des taux d’intérêt qui devraient demeurer favorables

En premier lieu, les taux d’intérêt devraient demeurer au niveau où ils se trouvent actuellement. Pour rappel, en décembre 2012, le taux moyen s’élevait à 3,21%. Depuis, les chiffres n’ont quasiment pas cessé de chuter : 2,38% en décembre 2014, 1,38% en décembre 2016, 1,44% en décembre 2018 et jusqu’à 1,12% en novembre 20191. Un prêt à taux fixe sur 15 ans pouvait même descendre à un taux de 0,87%. Du jamais vu jusqu’alors.

Pour les individus actuellement en mesure d’investir et désireux de se lancer dans un projet immobilier, les conditions d’emprunt restent donc parfaitement favorables. Pour lors, aucune remontée des taux n’est attendue en de début d’année 2020, sauf accident économique majeur. Selon l’économiste Pierre Sabatier, cette situation devrait même durer dix ans. Prudence tout de même : les futurs investisseurs n’en devront pas pour autant négliger les différents frais relatifs à leur projet et les coûts liés à leur assurance emprunteur.

Des conditions d’octroi optimales

Faire jouer la concurrence

Dans le cadre de l’achat d’une résidence principale ou d’un investissement immobilier secondaire, il existe différents points à ne pas négliger afin de bénéficier de conditions d’octroi optimales. Faire jouer la concurrence auprès de sa banque pourra tout d’abord permettre d’obtenir de meilleures conditions d’emprunt : s’il veut vous conserver comme client, votre banquier devra s’aligner.

Avoir recours à un courtier lors d’un achat immobilier

Au besoin, il ne faudra pas hésiter à faire appel à un courtier : spécialiste en crédit immobilier, celui-ci sera le professionnel le plus à même de vous conseiller pour obtenir le taux le plus avantageux. Pour un tel service, il faudra compter des frais de l’ordre d’1% du montant total emprunté. Un investissement, certes, mais qui pourrait s’avérer rentable et vous faire réaliser de précieuses économies sur l’assurance et le coût global.

Une hausse des prix favorable aux investisseurs

Des prix en hausse dès 2019

En 2019, les prix avaient déjà augmenté, qu’il s’agisse d’appartements neufs ou de biens plus anciens. L’Île-de-France enregistrait ainsi une hausse de 4,7% sur le prix des appartements neufs, tandis qu’en Province, le prix moyen des maisons anciennes augmentait de 2,8%. A Nantes et à Lyon, les hausses des prix de l’immobilier ont enregistré des chiffres record, avec plus de 10% d’augmentation. Suivent ensuite Rennes, Saint-Étienne, Paris, Toulouse, Nice et Orléans. La seule ville à avoir connu une légère baisse est Reims, avec une réduction de 2,7%. Elle compte d’ailleurs parmi les dernières communes où il est possible d’investir pour 2 000 euros le mètre carré.

Une hausse des prix qui devrait se poursuivre en 2020

Excepté Reims, Toulon et Grenoble, toutes les communes françaises, en province comme en Île-de-France, devraient voir leurs prix augmenter, au moins modérément. Durant un an, les prévisions annoncent en effet une hausse des prix entre 1% et 2%, selon les différents indicateurs avancés2. Bordeaux et Montpellier devraient ainsi connaître une hausse du prix au mètre carré de 1,5%, Lille de 1,2% et Strasbourg de 2,1%. Cependant, des communes comme Nantes, Paris, Lyon ou encore Toulouse, feront face à des évolutions bien plus nettes (respectivement 10,1%, 6,3%, 10,3% et 5,7%)3. Seule Reims, donc, devrait connaître une baisse, tandis que Le Havre ne verra augmenter le prix au mètre carré médian sur un an que de 0,5%. Même si la tendance générale sera à la hausse, toutes les agglomérations ne seront donc pas égales face à l’augmentation des prix.

Dans la plupart des villes, acheter maintenant, c’est donc s’assurer de voir son bien immobilier prendre rapidement de la valeur, tout en profitant de taux encore relativement bas et de conditions d’octroi optimales. D’autant qu’avec une légère hausse de l’inflation, les investisseurs devraient pouvoir augmenter le prix auquel ils louent leur bien, améliorant ainsi la rentabilité de leur placement. En 2020, les investisseurs ont également tout intérêt à privilégier la maison individuelle pour un investissement locatif, qui en plus d’être le bien préféré des Français, est vouée à sortir du champ d’application du Pinel dès 2021.

  1. Chiffres de l’Observatoire Crédit Logement CSA.
  2. Propos de Laurent Vimont, président de Century 21.
  3. Selon la Base immobilière des Notaires de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *